Aider au processus de rétablissement
07 67 81 13 42

Réunion 25 avril 2018 – Et Paolo se remit à la peinture

Et Paolo se remit à la peinture

 

 Ses difficultés l’avaient obligé à ranger ses pinceaux. Grâce à Artame Gallery,  Paolo a retrouvé le bonheur de peindre, une activité vitale pour son rétablissement.

L’Artame Gallery a joué un rôle essentiel dans le rétablissement de Paolo.  Lorsqu’il découvre cette association, qui s’adresse à des artistes fragilisés par des troubles psychiques, Paolo a recommencé à dessiner depuis peu. ” Depuis mon arrivée à Paris, en 2009, j’avais lâché prise et vivais enfermé à la maison. Pour m’inciter à me remettre à la peinture, mon père m’a offert de quoi dessiner il y a deux ans. Je n’ai plus arrêté depuis”, raconte-t-il.

Rompre son isolement

Au début, Paolo dessine “comme un fou” tout ce qui est autour de lui : sa chambre avec ses meubles et son “bordel”, les membres de sa famille, son quartier du IXième arrondissement de Paris (le Canal Saint-Martin, l’église Saint-Vincent, …), l’Italie où vit sa mère… ” J’ai très vite eu besoin de peindre. On m’a parlé d’Artame.  J’étais tellement heureux de trouver un lieu où travailler tranquillement, où je pouvais aussi rompre mon isolement en rencontrant d’autres artistes qui sont devenus des amis, que depuis j’y vais presque tous les jours ! “.

Pendant que Paolo s’adresse à la salle, plusieurs de ses tableaux sont projetés derrière lui. Le tableau de l’église Saint-Vincent, avec sa voute gothique, l’assemblée de fidèles et ses couleurs (du bleu intense, du rouge, du jaune …) est particulièrement frappant. “Je l’ai peint pendant la messe. Une animatrice d’Artame m’a dit que ce tableau donnait envie de prier”.  Paolo ne manque en effet pas de talent. “Il a fait les Beaux-Arts à Rome où il a exposé et commencé une carrière de peintre avant que ses problèmes ne l’éloignent de sa peinture “, explique son père.

Des artistes avant tout

L’un des secrets d’Artame Gallery et de ses ateliers de Belleville est de considérer les artistes et non leurs difficultés. Valérie, l’une des responsables de l’association, insiste sur ce point : “les dessinateurs, peintres, photographes, sculpteurs ou vidéastes que nous accueillons sont d’abord et surtout des artistes. Les ateliers artistiques des structures thérapeutiques ne leur conviennent pas forcément et dans les ateliers de la ville de Paris, l’intégration n’est pas toujours évidente. De ce constat est née l’idée de constituer un groupe d’artistes souffrant de troubles psychiques qui pourra exposer dans des lieux associatifs mais aussi participer à des expositions dans des galeries d’art”.

Cet aspect des choses est primordial pour Paolo et ses compères d’Artame, qui comme lui ont pour la plupart une solide formation et ont exposé avant de connaître la galerie de Belleville.  ” Nous sommes des artistes, pas des malades, c’est extrêmement important ! “, répète Paolo.  Et Bernard, Mélanie et Iris, qu’il a connu à Artame, d’ajouter : “C’est un lieu où se me suis re-sociabilisé,  mais c’est avant tout la peinture qui nous unit, pas les problèmes psychiques”, explique Bernard. ” J’ai reçu énormément d’encouragement, de la part de l’équipe qui nous encadre et des autres peintres. Cela a été une grande chance car je n’arrivais plus à peindre chez moi et cela me frustrait énormément”, ajoute Mélanie. Quant à Iris, elle se félicite du tremplin qu’est Artame Gallery. “Nous exposons à Lyon, à Bruxelles, c’est formidable !”

Dépasser ses problèmes 

Tous les quatre ont en commun d’avoir besoin de peindre pour dépasser leurs problèmes. Paolo explique que sans ses pinceaux et sa palette, il lui serait impossible d’aller mieux et de trouver de la sérénité. Depuis qu’il fréquente Artame, sa peinture a d’ailleurs changé. Cette évolution est le reflet son rétablissement. “Mes tableaux sont beaucoup plus concrets qu’avant. Je peins les gens et les endroits que j’aime, ce qui se passe autour de moi… “.  La peinture a repris toute sa place dans sa vie.  Mais elle aide désormais Paolo à repousser ceux qu’il appelle ses vieux démons.